samedi 11 mai 2013

Algérie - Ouargla: La décision d’accorder 20% des marchés publics aux jeunes PME, vivement saluée

La décision des pouvoirs publics d’accorder 20% des marchés publics aux micro-entreprises de jeunes a été vivement saluée par les participants au 1er salon du jeune promoteur, qui a pris fin vendredi à Ouargla.

Plusieurs jeunes promoteurs se sont félicités de la réservation de ce taux de 20% des marchés publics au profit des PME montés par le biais des dispositifs de l’Agence nationale de soutien à l’emploi des jeunes (ANSEJ), de la Caisse nationale d’assurance chômage (CNAC), et de l’Agence nationale de gestion du microcrédit (ANGEM).

’’Cette instruction encourage beaucoup les jeunes promoteurs, dont certains sont sur le terrain depuis une dizaine d’années, notamment dans le domaine du bâtiment et des Travaux publics, sans pour autant bénéficier de plans de charge", a affirmé le jeune Sofiane Zekri, gérant d’une entreprise d’entretien de routes.

Pour sa part, le directeur de l’Industrie, la PME et la Promotion de l’investissement (DIPMEPI), Abdelaziz Harrouz, a fait le lien entre cette ’’priorité à accorder aux jeunes entrepreneurs’’ par ’’le souci d’éliminer les obstacles majeurs qui ont empêché l’avancement de leurs projets’’. ’’Ils auront ainsi la possibilité de disposer d’un plan de charge et peuvent d’ores et déjà retirer les cahiers de charges auprès des instances concernées’’, a souligné M. Harrouz.

Les données statistiques de la DIPMEPI, présentées lors de ce salon du jeune promoteur (Ouargla, 1-3 mai), il ressort la création de 135 PME ayant généré 472 emplois, durant le premier trimestre de 2013, dans la wilaya de Ouargla, en hausse par rapport à l’année 2012 qui avait enregistré le montage de 528 PME.

Une soixantaine de jeunes promoteurs de microprojets ont présenté aux visiteurs, lors de ce salon, un aperçu de leurs activités dans divers segments économiques, tels que l’agriculture, la pêche, l’industrie, le BTP, ainsi que les services (hôtellerie, restauration, artisanat, et transports).

Durant trois jours, une forte affluence de visiteurs, notamment des jeunes, a marqué cette manifestation à laquelle ont pris part aussi des établissements financiers et bancaires, tels que les banques BADR, BDL, BEA et CPA, la Société Nationale de Leasing SNL et El-Djazair Istithmar.

La cérémonie de clôture, en présence des autorités de la wilaya, a été marquée par une remise de certificats d’encouragement aux participants.

Source : APS

Algérie: L'octroi des marchés publics dans le bâtiment objet de critiques



Le code des marchés publics, dans son volet relatif au secteur de l'habitat, fait vraisemblablement des mécontents. En effet, les mécanismes d'octroi des marchés publics dans le domaine du bâtiment font l'objet de critiques de la part des professionnels activant dans ledit secteur. C'est le cas de l'Union nationale des entrepreneurs du bâtiment et de l'urbanisme (Uneb). Cette organisation patronale a même appelé à la révision pure et simple de ces mécanismes.

D'ailleurs, une série de propositions sera soumise par l'Uneb au ministère de l'Habitat et de l'Urbanisme, lors de la prochaine réunion d'évaluation qui se déroulera durant le mois en cours. Selon le président de l'Uneb, Gasmi Salim, qui s'est exprimé, mercredi dernier, lors de la réunion du conseil de cette union, «ces propositions soulignent la nécessité de réviser les mécanismes relatifs à l'octroi de projets aux entrepreneurs».

«La formule de l'offre la moins disante mène inévitablement à un retard dans la réalisation et à un produit de mauvaise qualité, ce qui implique la nécessité de réfléchir à une loi qui régit et organise cette activité et qui fixe la marge bénéficiaire de l'entrepreneur», ajoutera le responsable.

Le président de l'Uneb a même critiqué le travail mené par l'administration pour l'élaboration d'un cahier des charges qui ne fixe pas la valeur de l'installation d'un chantier, tandis que son coût pourrait atteindre 5% du coût global du projet, outre la mise en place de marchés ne pouvant être révisés ou actualisés.

Par ailleurs, M. Gasmi, a appelé à l'amélioration du climat des entreprises, à leur modernisation, à la facilitation de l'octroi de crédits bancaires, à la simplification des procédures administratives et à leur adaptation aux nouvelles mutations en vue de garantir une meilleure participation dans la réalisation des programmes de logement. Et d'indiquer plus loin que la capacité de réalisation des entrepreneurs membres de l'Uneb avoisine les 52 000 unités/an, selon les données de l'Union.

Sur un autre registre, l'Uneb, suggère d'accompagner les entreprises nationales et de les mettre à niveau, tout en mettant en place un cadre légal pour organiser la profession et accélérer ainsi la cadence de réalisation du programme de logement.

Allant plus loin, l'organisation appelle également à consacrer une partie du programme de logements aux entreprises locales afin qu'elles puissent contribuer au développement du secteur. Réduire la sanction de retard à 3% au lieu de 10% pour atténuer les difficultés auxquelles est confronté l'entrepreneur, tel le manque de main-d'œuvre, et faciliter l'accès aux avances forfaitaires et avances d'approvisionnement en matériaux de construction, figurent parmi les recommandations.

Enfin, l'Uneb a préconisé l'unification des cahiers des charges et la classification des projets (grands, moyens, petits) selon l'enveloppe financière, le type et la qualité des travaux pour mettre un terme aux «pratiques douteuses» en introduisant un article relatif à l'installation du chantier.

jeudi 24 janvier 2013

Cycle de formation pour les cadres d'Algérie Télécom à Saïda

Une session de formation des cadres d'Algérie Télécom sur le mode d’élaboration des marchés publics a été lancée à Saïda, sous l’égide de la Chambre de commerce et de l’industrie El-Okbane de la wilaya. Cette formation durera une semaine au profit de 20 cadres exerçant dans les services financiers et administratifs de l’unité de Saïda d’Algérie Télécom et est encadrée par un ex-directeur régional des douanes de la wilaya de Chlef. Cette formation, qui aborde tous les aspects relatifs aux marchés publics, le mode de leur élaboration, les lois les régissant, est la deuxième du genre après celle des cadres techniques et administratifs sur les stratégies de développement du secteur des communications et s'inscrit dans le cadre de la coopération entre la chambre et Algérie Télécom.